fbpx

Le cidre breton NEEDS YOU ! – Interview de Guillaume, un croqueur de pommes…

Le cidre breton NEEDS YOU ! – Interview de Guillaume, un croqueur de pommes…

Salut Guillaume,
On s’est connu car tu as lancé sur Miimosa une opération de CrowdFounding pour le rachat d’un chai, en vue de faire du cidre : Les vergers de la ferme. Mais, commençons par le commencement… peux-tu te présenter ? Qui es-tu, quel est ton background ?

Pour résumé simplement, je suis moitié Breton moitié Picard.
Une partie de la famille vient de la baie de St Brieuc, l’autre du Pays de Bray (là où j’ai grandi et où mon père élève des vaches Limousines). Je suis issu d’une famille d’agriculteurs, d’éleveurs même pour être plus précis. J’ai toujours été attiré par ce monde là. Petit, je passais le plus gros de mes vacances en Bretagne à quelques kilomètres de la mer….. sur les tracteurs.

C’est naturellement que j’ai fait mes études dans ce domaine : lycée agricole, puis école d’agriculture (École Supérieure d’Agriculture d’Angers). J’étais à ce moment là, plutôt orienté sur les productions animales. Suite à mes études, j’ai travaillé quelques années à l’étranger. Deux années en Serbie pour un fabricant d’aliment du bétail et une année en Nouvelle Zélande dans une ferme laitière. C’est là que j’ai rencontré Adèle (une Mayennaise…).

C’est en revenant de Nouvelle Zélande en 2015 que l’aventure de la pomme a commencé !

Le cidre breton NEEDS YOU ! - Interview de Guillaume, un croqueur de pommes...

Ok ! Donc tu ne débarques pas tout fraichement dans l’univers de la production… Mais qu’en est-il du cidre ?

Depuis tout petit déjà, j’ai toujours vu ma famille en Bretagne faire du cidre. Comme beaucoup, il s’agissait de cidre pour la consommation familiale.

J’étais aussi intéressé par le pommier en tant que tel. Vers 12 ou 13 ans, j’ai fait adhérer mes parents à l’association des Croqueurs de Pomme, association par laquelle nous avions acheté 5 porte-greffes (je ne les ai d’ailleurs greffés que très dernièrement, sans succès..).

Ensuite, j’ai un peu laissé de coté l’intérêt pour les arbres avant d’y revenir en 2015. En rentrant de mon voyage en Nouvelle Zélande, Adèle avait trouvé du travail dans le Morbihan, j’ai donc cherché du travail dans sur le même secteur, et j’ai postulé chez un producteur transformateur de pomme (chez Nicolas Poirier sur La Distillerie du Gorvello à Sulniac) pour une saison de ramassage. C’est ce qui m’a mis le pied à l’étrier.

L’hiver suivant, j’ai eu la chance de faire une saison de taille chez des producteurs de pomme, ce qui m’a permis de me former sur un des aspect essentiel de la production. Étant ravi des ces deux expériences, qui sont les périodes les plus durs physiquement de la production, j’ai compris que parmi toutes les productions agricoles, c’était celle qui m’intéressait le plus.

Au printemps 2016, j’ai été embauché chez un producteur/transformateur de la Manche. Je suis resté chez lui presque trois ans, ce qui m’a permis de m’aguerrir sur pas mal de facettes du métier (maitrise des fermentations, distillation, suivi administratif, commercial, ….). C’est après cette riche expérience que j’ai voulu me lancer dans la grande aventure de l’installation sur ma propre structure…

Le cidre breton NEEDS YOU ! - Interview de Guillaume, un croqueur de pommes...

Excellent. Et tu du coup, qu’est ce qui t’a amené au Crowdfounding ?

Début 2019, j’ai rencontré Jacques Legaud sur sa ferme, qui cherche un repreneur, puisqu’il souhaite prendre sa retraite en fin d’année. Son système étant proche de ce que je souhaitais mettre en place (un atelier cidricole et un petit atelier mouton complémentaire puisque les brebis tondent les vergers durant le printemps et mangent le marc (co-produit restant dans le pressoir après pression du jus), nous avons entrepris les démarches d’installation.

Jacques souhaite vendre toute son exploitation, à savoir le foncier et les vergers en place, les bâtiments, le cheptel et donc les stocks. Ces stocks correspondent aux produits d’appellation qui vieillissent plusieurs années en fûts de chêne (le Pommeau et la Fine Bretagne AOC). Sur les reprises dans ce type de structures, les stocks alourdissent les montants à emprunter. Dans les discussions que j’ai eu avec la banque, et au vu des montants demandés, ils souhaitaient que j’apporte une part d’autofinancement au démarrage.

Avec Adèle, nous avons donc regardé les solutions envisageables avec l’aide de nos familles, et, pour compléter cela, j’ai mis un place un projet de Crowdfounding sur la plateforme Miimosa.

Le cidre breton NEEDS YOU ! - Interview de Guillaume, un croqueur de pommes...

Je suis certain que ça va le faire ! Et du coup, une fois validé le rachat de cette cidrerie, quels sont tes objectifs en terme de production ?

D’une manière générale, dans un premier temps, le but est de reprendre l’outil et de m’en imprégner : de bien connaitre les variétés de pommes (certaines locales que je ne connais pas encore forcément très bien), les assemblages, … avec, au besoin, les conseils de Jacques.

J’espère pouvoir développer un peu les ventes, notamment à la ferme, en proposant une plage horaire hebdomadaire fixe, et si l’occasion se présente en trouvant quelques crêperies/restaurants qui souhaitent travailler avec des produits locaux.

Sur la gamme à proprement parler, les produits seront globalement les mêmes. Une part de jus de pomme (plat et pétillant), du cidre (doux, demi-sec et brut), du Pommeau AOC (Apéritif) et de la Fine Bretagne AOC (plutôt digestif/cocktails), du vinaigre, et peut être d’autres surprises… J’envisage de faire évoluer le visuel des étiquettes afin d’y mettre ma patte, sans pour autant toucher au nom « Les Vergers de la Ferme », et peut être de mettre en place un nouveau format…. des portions individuelles en 33cl, afin de répondre à la demande croissante des bars et essayer de rajeunir un peu l’image du cidre !!

Enfin, le gros dossier sera de développer la communication, avec au programme : création d’un dépliant, d’un site internet, présence sur les réseaux sociaux, partenariats (comme avec Mangeons Local en Bretagne !!) et des animations plus ponctuelles type portes ouvertes, ateliers thématiques à la ferme,… en espérant avoir le temps de tout faire !

Le cidre breton NEEDS YOU ! - Interview de Guillaume, un croqueur de pommes...

Beaux projets.
Causons cidre toujours ! On a eu un #BreizhClash récemment sur la page Facebook où des centaines de personnes se sont « affrontées » (avec humour et sympathie) sur l’épineuse question… T’es plutôt cidre doux ou brut ?

D’instinct, je dirais plutôt cidre Brut…. Même si j’ai de bons souvenirs de dimanches hivernaux à jouer à la belote avec un verre de cidre doux… Plus généralement, depuis quelques temps, plusieurs producteurs mettent en avant les accords mets/cidre, développent de nouveaux assemblages, … pour le plus grand plaisir de nos papilles (affaire à suivre…. !!)

Merci beaucoup pour ton temps ! Est-ce que tu souhaites rajouter quelque chose ?

Merci à Mangeons Local de faire parler des producteurs en ventes directes et de leur offrir de la visibilité.

Si mon projet vous intéresse, n’hésitez pas à aller le consulter de façon un peu plus détaillée sur la plateforme Miimosa, à m’y soutenir et à en parler autour de vous !!

J’espère pouvoir vous donner de bonnes nouvelles sur la suite des évènements dans la mois qui arrivent.

Steven

À propos de Steven

En 2015, j'ai recherché un annuaire de producteurs locaux afin de changer mes habitudes de consommation. Malheureusement, impossible de trouver ce que je recherchais ! J'ai donc décidé de le créer moi même, en respectant une éthique personnelle d'ouverture à tous et de gratuité totale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
StevenAndrée-Marie Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Notifier de
Andrée-Marie
Locavore
Andrée-Marie

Mangeons local, choisissons les productions françaises …..bien sûr j’adhère ! et Bio de préférence pour respecter la Terre et la Santé ….. préservons aussi notre langue nationale et conservons le plus possible celles des régions si importantes……..pourquoi Crowdfounding ? pas d’équivalent en français ? 😳

Sinon... jette un œil aux nouveaux producteurs !