Comment faire son compost soi-même ? Guide pratique

Comment faire son compost soi-même ? Guide pratique

Vous souhaitez fabriquer du compost, mais vous ne savez pas comment procéder ? 

Le compostage est une pratique simple qui présente de nombreux avantages. 

Elle permet de valoriser vos déchets organiques, d’entretenir vos cultures et de contribuer à la préservation de l’environnement. 

Réussir son compost requiert néanmoins de choisir une méthode de compostage adaptée à vos besoins et de respecter quelques règles de base. 

On vous explique en détail comment faire soi-même du compost, avec ou sans composteur.

Qu’est-ce que le compostage ?

Le compostage est un processus de transformation naturelle des matières organiques d’origine végétale ou animale. 

Ce procédé consiste à superposer des couches équilibrées de déchets alimentaires ou naturels biodégradables, également appelés biodéchets, afin qu’ils se décomposent et se transforment en compost. 

Grâce à l’eau et l’oxygène, la superposition des déchets organiques crée un processus de décomposition par des macro-organismes (vers, insectes, acariens…) et des micro-organismes (bactéries, champignons…). 

La matière organique est d’abord soumise à une phase de dégradation intense durant laquelle la température augmente fortement, puis la chaleur diminue lors de la phase de maturation. 

On obtient alors du compost, un humus riche et brun qui ressemble à du terreau.

Le compostage est un très bon moyen de recycler vos déchets verts du jardin et vos déchets organiques ménagers en réduisant l’impact sur l’environnement. 

Ce procédé nécessite cependant de définir la technique adaptée à votre situation.

Quelle méthode choisir pour faire soi-même du compost ?

Pour réaliser votre compost, plusieurs possibilités s’offrent à vous. 

Le choix de la méthode dépend notamment de la surface dont vous disposez. 

Si vous avez un grand jardin, le compostage en tas est à privilégier.

Cette pratique vous permettra notamment de recycler vos déchets verts et de nourrir le sol et les cultures de votre jardin. 

Pour un compostage à l’air libre, il est conseillé de choisir un endroit semi-ombragé à l’abri des intempéries. Si vous êtes situé dans une région chaude, optez plutôt pour un emplacement ombragé afin de protéger votre compost de la chaleur. 

Un amas de déchets organiques est peu esthétique et susceptible d’attirer des insectes ou d’autres petites bêtes, il est donc important de privilégier un endroit discret, surtout si vous avez des voisins. 

Pour des espaces plus restreints, le compostage en silo ou en bac est une très bonne solution.

Ces composteurs, souvent fabriqués en bois ou en plastique, sont disponibles dans les magasins spécialisés ou les jardineries. Certaines mairies en fournissent.

Les bacs à compost ont généralement une contenance de 200 à 600 litres.

Ils sont équipés d’un couvercle pour ajouter les détritus facilement et d’un tiroir situé au bas du conteneur pour récupérer le compost.

Dans une démarche écoresponsable ou tout simplement pour des raisons économiques, vous pouvez également fabriquer un composteur en bois en utilisant des planches de palette, par exemple.

À défaut de faire du recyclage, vous pouvez utiliser des parpaings ou du grillage.

Quels que soient les matériaux utilisés, n’oubliez pas de laisser une aération suffisante pour stimuler la décomposition des matières organiques. Votre composteur doit aussi disposer d’une ouverture sur le dessus pour effectuer le dépôt des déchets et le mélange du compost. Enfin, prévoyez une solution pratique pour récupérer le compost lorsqu’il sera prêt.

Pour un compostage en bac ou en tas, votre composteur doit impérativement être posé directement sur le sol afin de favoriser le processus naturel de transformation.

Choisissez un emplacement accessible et protégez votre compost de la chaleur, de la pluie et du vent en le plaçant sous un arbre ou sous un abri, par exemple.

Le compostage rotatif est également une solution pour obtenir du compost rapidement.

Conçu avec un tambour et une manivelle, cet équipement permet d’assurer une rotation régulière des déchets et d’accélérer leur décomposition.

Cette méthode est particulièrement efficace, mais le coût est un peu plus élevé que les autres solutions.

Enfin, si vous n’avez pas de jardin et que vous souhaitez faire du compostage sur votre balcon ou en intérieur, sachez que c’est possible. 

Le lombricomposteur de balcon ou d’appartement permet de produire du compost grâce aux vers de terre : les lombrics.

Simple d’utilisation et sans odeur, ce composteur est peu encombrant et dispose généralement d’une contenance de 30 à 70 litres.

Il sert à transformer de plus petites quantités de déchets en peu de temps.

Vous avez choisi la méthode de compostage qui vous convient ? Il ne vous reste plus qu’à recycler vos déchets et à suivre quelques conseils pour la confection de votre compost. 

Des conseils utiles pour réussir son compost

Faire son propre compost est relativement simple, mais cela nécessite d’acquérir quelques notions de base. 

Pour réussir votre compost, vous devez superposer des couches de 10 à 20 cm de matières organiques.

Il s’agit d’alterner les déchets humides, riches en azote, avec une décomposition rapide, puis les déchets secs, riches en carbone, dont la décomposition est plus lente. 

C’est ce mélange de l’azote, du carbone, de l’air et de l’humidité qui favorise le processus de transformation des déchets organiques en un amendement riche en éléments nutritifs.

Le compostage vise à valoriser certains déchets de la cuisine et du jardin. 

Vous pouvez composter des déchets verts et mous tels que des épluchures, des fanes, des résidus de tonte, des légumes ou des fruits gâtés, des trognons, du marc de café, des feuilles d’essuie-tout non imprimées, des petits cartons non imprimés et préalablement humidifiés…

Puis, alternez avec des déchets bruns ou durs broyés tels que des brindilles, des fleurs fanées, du foin, de la paille, des feuilles mortes, des écorces d’arbre, des coquilles d’œufs, du pain rassis, des coquilles d’huîtres… 

Il est préférable de broyer vos déchets et notamment les déchets durs afin d’accélérer le processus de compostage.

En revanche, évitez d’ajouter à votre compost des matières telles que les feuilles épaisses, la viande, l’huile, l’ail, l’oignon, les crustacés, le poisson, les produits laitiers, les excréments, les déchets ayant subi un traitement chimique, le charbon, les mégots… ou encore le métal, le plastique, le verre qui sont des matières inorganiques.

Un compost réussi dépend avant tout d’un mélange équilibré. 

Vous devez donc superposer des couches régulières de déchets et opter pour une répartition 60/40 : 60 % de déchets bruns, secs ou durs et 40 % de déchets verts, humides ou mous. 

Par ailleurs, votre compost doit être suffisamment aéré et humidifié afin que la transformation des déchets s’effectue dans de bonnes conditions. 

Pour cela, surveillez votre compost, arrosez-le, si nécessaire, et remuez-le régulièrement pour lui apporter suffisamment d’air.

Afin d’accélérer la décomposition du compost, vous pouvez également ajouter des orties ou fabriquer du purin d’ortie. Cette plante sauvage est un excellent activateur de compost.

Le délai nécessaire pour produire du compost varie en fonction de la quantité et du type de déchets incorporés, mais également de la température extérieure. 

Si vous optez pour le compostage en tas ou en silo, il faut généralement compter entre 6 mois et un an. 

Pour les composteurs de balcon ou d’appartement, le processus est beaucoup plus rapide.

Votre compost est mûr lorsqu’il obtient une belle couleur brune, une texture friable et une bonne odeur de sous-bois. Il est prêt à être utilisé au jardin comme au potager.

Comment faire son compost soi-même ? Guide pratique

Quels sont les avantages du compostage ?

Le compostage s’inscrit dans une démarche écologique.

Cette pratique permet de valoriser les détritus de la cuisine et, par conséquent, de réduire la production d’ordures ménagères. Elle sert aussi à recycler vos déchets verts du jardin et à limiter les trajets à la déchetterie. 

Autant de gestes écoresponsables qui contribuent à diminuer la pollution liée au traitement des déchets et son impact sur l’environnement.

Composter ses déchets organiques est également un bon moyen de faire des économies. 

Le compost est un excellent engrais naturel pour nourrir les légumes du potager et protéger les plantes du jardin. C’est aussi un très bon amendement pour alléger la terre et enrichir votre sol. 

Transformer vos déchets en compost vous permet donc d’obtenir un fertilisant 100 % naturel sans débourser un centime !

Faire soi-même son compost est à la portée de tous à condition de suivre quelques étapes essentielles. 

C’est un choix pratique, économique et écologique pour limiter la production de vos déchets organiques, protéger notre planète et entretenir votre jardin. 

Adoptez, vous aussi, ce geste écocitoyen !

À propos de Christelle D.

Rédactrice web de profession (redactylo.fr), c'est un plaisir pour moi de pouvoir participer bénévolement à Mangeons Local. J'aime cette idée de valoriser le travail des producteurs locaux, de manger plus sainement, de contribuer à l’économie locale tout en diminuant l'impact environnemental...