fbpx

C’est quoi « être un bon producteur », de nos jours, à l’échelle locale ?

C’est quoi « être un bon producteur », de nos jours, à l’échelle locale ?

Le texte ci-dessous a été écrit par Fabien et Carole, de la Miellerie de la Vallée de L’Élorn, à Trémaouézan (Finistère).

Vous pouvez en découvrir plus sur ce génial producteur sur le site et la page Facebook. Et maintenant… je leurs laisse la parole…


Quand on lit les « 10 bonnes raisons d’acheter en direct aux producteurs« , on peut aussi tenter de les transposer aux valeurs que doivent porter les producteurs locaux...

  1. Dynamiser l’économie locale. En choisissant des points de vente proche de chez nous, on réduit notre empreinte carbone, et on peut surtout organiser des livraisons groupées sur un même secteur.
  2. Participer à un monde meilleur. En prônant la vente et l’achat local, tu aides le consommateur à s’orienter vers des achats plus éclairés, mieux pensés pour le monde de demain en tout cas.
  3. Valoriser le producteur. En direct ou en choisissant des intermédiaires qui partagent les mêmes valeurs que nous (épicerie du coin, boulangerie de la commune, magasin de producteurs locaux, traiteurs, caviste,…), nous travaillons tous ensemble dans un même but… et pour cela, pas question de tirer les prix vers le bas, ni à l’inverse d’avoir des marges trop importantes. C’est le produit et le travail autour qui priment, pas ce que chacun va en gagner dessus.
  4. Faire des économies… car si c’est le producteur qui dépose ses produits lui même à l’épicerie, et que l’épicier prend le temps de vendre ce produit en connaissance de cause, il n’y a pas de frais de transport, de logistique, de suremballage… juste le pot de miel sorti de sa cagette pour arriver sur l’étal, pris par le client et passé par les mains de l’épicier pour effectuer le règlement en expliquant la vie du pot. Quoi de plus simple et rapide ?
  5. Le plaisir d’un vrai aliment, brut pour notre part, nécessitant tout de même une vive attention autour des abeilles et de leur environnement. La transmission familiale vient aussi jouer son rôle ici car quand on entend « vrai aliment », on associe souvent cela aux produits non transformés de nos grand parents. En soit, on aimerait pouvoir vous remplir votre pot directement en faisant couler le miel du cadre de miel, mais en réalité, cela nécessite un peu plus de travail tout de même autour pour y arriver.
  6. Prendre soin de soi, en prenant soin de ses clients. L’attention portée à tous les détails, le produit, le discours et pour notre part, l’éducation autour d’un produit que la grande distribution a malmené en apportant le fait qu’un miel se doive d’être liquide pour être plus facile à être utilisé : faux, un miel crémeux cristallisé tout à fait naturellement, sans être chauffé, n’a aucun risque de couler partout quand vous le tartiner sur votre pain beurré ou dans votre thé. Et le goût n’aura rien à voir non plus 😉
  7. Avoir un réel impact environnemental, car oui il y a des abeilles partout, et des apiculteurs partout, d’où le non sens d’aller chercher du miel venant d’on ne sait pas réellement où (« UE ou non UE », cela ne veut plus rien dire de nos jours). D’autant plus que l’abeille effectuant des trajets jusqu’à 3 kilomètres alentours, elle pourra peut être même venir vous remercier jusqu’à venir butiner les fleurs de votre jardin.
  8. Mieux respecter les animaux. Quand on sait qu’il y trente ans, les abeilles se passaient bien moins de notre aide, et qu’aujourd’hui, les maladies et prédateurs qui l’attaquent se sont multipliés, sans parler des pesticides qui viennent rajouter une couche en terme de fragilisation de l’espèce, les talus et fleurs sauvages de plus en plus rares. Alors acheter un pot de miel à l’apiculteur du coin, c’est agir en plusieurs points pour la préservation de l’abeille et cela nous aidera à continuer à en faire de même.
  9. Aider au lien social. En vous indiquant que notre miel se trouve directement dans un commerce de votre commune, plutôt que dans le grand supermarché d’à côté, c’est aussi valoriser le contact le plus direct avec les commerçants qui travaillent autour de vous tous les jours, et pour qui votre achat aura plus de sens dans votre panier chez lui, que dans celui de la grande distribution où il passera inaperçu…
  10. Traçabilité des produits. Quand on peut vous indiquer à vous, clients locaux, le nom de la commune d’où vient votre miel, le nom de la commune où se trouve notre miellerie, la majorité de nos points de vente accessibles autour de chez vous, on ne peut pas mentir, tous ces noms vous parleront et peut être même au final, que c’est vous qui pourrez tracer à vos proches que le miel que vous leur proposez au goûter, et bien il vient des abeilles de votre propre commune, cela peut rendre pas peu fier…

Voici notre participation, Fabien, agent de fabrication, et Carole, aide soignante, mais aussi apiculteurs à nos minces heures perdues, à une réflexion personnalisée autour du rôle d’un « bon producteur », et, osons le dire, un « bon apiculteur ».

C'est quoi "être un bon producteur", de nos jours, à l'échelle locale ?

Crédit : Photos de Camille Milin.

Steven

À propos de Steven

En 2015, j'ai recherché un annuaire de producteurs locaux afin de changer mes habitudes de consommation. Malheureusement, impossible de trouver ce que je recherchais ! J'ai donc décidé de le créer moi même, en respectant une éthique personnelle d'ouverture à tous et de gratuité totale.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

D'autres articles à lire...

Reçois chaque mois l'actu des producteurs près de chez toi ! 📢

Un seul email par mois maxi. Pas de pub’ et cie : nous aussi, on déteste les SPAMs !

… et suis-nous sur les réseaux sociaux ! 😉

C'est quoi "être un bon producteur", de nos jours, à l'échelle locale ?
C'est quoi "être un bon producteur", de nos jours, à l'échelle locale ?
C'est quoi "être un bon producteur", de nos jours, à l'échelle locale ?
C'est quoi "être un bon producteur", de nos jours, à l'échelle locale ?
C'est quoi "être un bon producteur", de nos jours, à l'échelle locale ?

Sinon... jette un œil aux nouveaux producteurs !