fbpx

Du Glyphosate sous pression : Vous reprendrez bien une p’tite bière ?

Du Glyphosate sous pression : Vous reprendrez bien une p’tite bière ?

Ahhhh, l’été arrive… les beaux jours sont déjà là et après une bonne journée bien remplie, on a qu’une envie : se mettre en terrasse et boire une bière fraîche ou un verre de vin… décontraction, nous voila !

Et là, c’est le drame. 😱

On renverse un peu de la mousse ou du verre sur le jolie parterre de fleurs de mamie… et ces fleurs, instantanément, noircissent et rendent l’âme.

Science fiction ? Un mauvais épisode de Black Mirror ?

Malheureusement… non.

Le glyphosate : l’ingrédient secret des grandes marques de bières et de vins.

Même si généralement on n’a plus besoin de le présenter, je vais quand même le faire pour les deux du fond qui n’ont pas suivi… Le glyphosate, c’est un produit 100% chimique de type « herbicide total systémique » (déjà, ça fait rêver). C’est à dire ? Et bien, ça signifie que c’est un produit non sélectif : il flingue absolument tout, sans distinction. Il est devenu la star des herbicides grâce à Monsanto et à son Round Up, dont il est l’un des principaux ingrédients.

Depuis le 20 mars 2015, il est classé comme « probablement cancérogène » par le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer)… mais en vrai, Monsanto se doutait que c’était une belle saloperie un produit pas tip-top depuis 1999. C’est ce qu’indique un rapport interne à l’entreprise et depuis rendu publique lors des Monsanto Papers.

Et ouai… les vilains se sont faits prendre la main dans le sac.

Du Glyphosate sous pression : Vous reprendrez bien une p'tite bière ?

Bon… et du coup, pour notre histoire de bière et de pinard ?…

C’est pas la première étude du genre (il y en a eu des similaires en Allemagne, par exemple, avec des résultats globalement identiques), mais celle-ci, qui nous vient de US PIRG (une association de consommateur) nous confirme à nouveau ce qu’on se doutait tous… On retrouve des traces de glyphosate dans de nombreuses bières et vins qu’on peut être amené à boire, ici, en Bretagne et en France.

20 bières et vins testés : 19 épinglés.

19/20. Pas mal comme score. Non ?
Allez, j’arrête de tourner autour du pot..

Voici nos vainqueurs :

Pour les bières et cidres…

  1. Bière Tsingtao : 49.7 ppb
  2. Bière Coors Light : 31.1 ppb
  3. Bière Miller Lite : 29.8 ppb
  4. Bière Budweiser : 27.0 ppb
  5. Bière Corona Extra : 25.1 ppb
  6. Bière Heineken : 20.9 ppb
  7. Bière Guinness Draught : 20.3 ppb
  8. Bière Stella Artois : 18.7 ppb
  9. Cidre Ace Perry Hard : 14.5 ppb
  10. Bière Sierra Nevada Pale Ale : 11.8 ppb
  11. Bière New Belgium Fat Tire Amber Ale : 11.2 ppb
  12. Bière Sam Adams New England IPA : 11.0 ppb
  13. Cidre Stella Artois Cidre : 9.1 ppb
  14. Bière Samuel Smith’s Organic Lager : 5.7 ppb
Du Glyphosate sous pression : Vous reprendrez bien une p'tite bière ?

Pour les vins…

  1. Sutter Home Merlot: 51.4 ppb
  2. Beringer Founders Estates Moscato: 42.6 ppb
  3. Barefoot Cabernet Sauvignon: 36.3 ppb
  4. Inkarri Malbec, Certified Organic: 5.3 ppb
  5. Frey Organic Natural White: 4.8 ppb
Du Glyphosate sous pression : Vous reprendrez bien une p'tite bière ?

« Nan, mais ça c’est aux USA… Ici, en France, c’est pas pareil. »

Ahhh, la fameuse exception Française ! 😉

Ok, on voit là qu’il s’agit d’une étude américaine car la plupart de ces vins ne sont pas forcement très connus par chez nous. Mais… n’imaginez pas qu’il en soit autrement pour les produits industriels / semi-industriels / (trop) grand public en Europe, en France ou en Bretagne. Malheureusement, les résultats seront les mêmes.

D’ailleurs, l’association 60 Millions de Consommateurs a décidé de tester nos bières de grande surface, en France.

Résultats ?

Pas glorieux.

34 bières sur les 45 testées présentent des résidus de pesticides. Pour 25 de ces bières (dont deux BIO), on retrouve notre fameuse molécule de glyphosate.

60 Millions de Consommateur tempère tout de même les résultats de l’étude en indiquant que les doses restent très faibles et globalement peu dangereuses pour l’organisme. C’est une maigre satisfaction, mais on prend quand même !

La solution ?

Entre nous et toute sincérité, je crains qu’il n’y en ait pas vraiment. Du moins, pas une solution parfaite qui évite tout risque de boire (un peu) de glyphosate lorsqu’on boit une mousse ou qu’on prend un verre de vin.

Reste qu’on peut (et qu’on doit) sélectionner le producteur chez qui on achète le précieux liquide.
Pour nous, car ça nous permet d’éviter de consommer des pesticides et prendre soin de notre santé.
Pour la société et l’environnement, car plus on sera nombreux à choisir des produits sains (et locaux et de saison, hein ! J’oublie pas de faire la pub’ pour Mangeons-Local.bzh ! 😀), plus le marché devra s’orienter vers une production plus écologique et respectueuse du consommateur.

En attendant, buvons avec modération… et des bières bretonnes de préférence !

Du Glyphosate sous pression : Vous reprendrez bien une p'tite bière ?

Yecʼhed mat !

Steven

À propos de Steven

En 2015, j'ai recherché un annuaire de producteurs locaux afin de changer mes habitudes de consommation. Malheureusement, impossible de trouver ce que je recherchais ! J'ai donc décidé de le créer moi même, en respectant une éthique personnelle d'ouverture à tous et de gratuité totale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Sinon... jette un œil aux nouveaux producteurs !