fbpx

L’Abeille noire : Une abeille endémique à la Bretagne.

L’Abeille noire : Une abeille endémique à la Bretagne.

Connaissez-vous l’abeille noire ?

Endémique de la région , cette race d’abeille (portant le nom scientifique d’Apis mellifera mellifera) est actuellement en voie de disparition malgré une présence depuis plus d’un million d’années en Bretagne (comprenant deux périodes de glaciation) !

L’abeille noire a été laissée un peu de côté par les apiculteurs lui préférant des espèces plus productives en provenance d’Italie, ou d’Europe de l’Est. Contrairement aux bovins, et autres porcs, il est assez compliqué de gérer la reproduction de ces insectes. Les abeilles noires ont été peu à peu fécondés par des mâles de provenances diverses, mettant fin à une race pure d’abeille locale.

La vie de la ruche (version (très) simplifiée !)

Au sein d’une ruche, seule la reine pond des œufs, les autres femelles ne pouvant pas le faire dû aux phéromones émises par la reine. Lorsque cette dernière meure, ou quitte la colonie les autres abeilles en élèvent une nouvelle, à partir des derniers œufs pondus. Quelques jours après sa naissance la jeune reine sortira de la ruche afin d’effectuer un vol nuptial. C’est au cours de cette escapade qu’elle va s’accoupler avec les mâles rencontrés. Si notre reine abeille noire tombe sur un jeune et beau faux bourdon italien, elle donnera naissance à une nouvelle lignée d’abeilles issues de ce croisement à son retour à la ruche.

L'Abeille noire : Une abeille endémique à la Bretagne.

Crédit photo A.Guibentif

Une abeille adaptée à son environnement.

Cette abeille bien que moins productive, est beaucoup mieux adaptée à l’environnement local. Elle possède par exemple de nombreux poils sur l’abdomen afin de pouvoir rapporter le pollen à la ruche même en cas d’intempéries. Elle est également moins sujette aux maladies et n’a pas besoin d’être nourrie l’hiver au sirop de sucre. Les abeilles ont un rayon d’action de 3 kms maximum, et presque vingt pour les faux bourdons caucasiens les plus valeureux!

Un conservatoire de cette espèce a donc été crée sur l’île d’Ouessant, il se compose de plus de 150 ruches.

On trouve également dans le Finistère d’autres actions de protection de cette race endémique, citons par exemple l’association Gwenan Bro Pleiben sur la commune de Pleyben, ou le lancement d’une zone de protégée par des apiculteurs du Cap Sizun pour limiter au maximum l’hybridation.

Pour de plus amples informations n’hésitez pas à consulter de site de l’association Kevredigezh gwenan du breizh : www.abeillenoireouessant.fr

Gouach Gouach

À propos de Gouach Gouach

Citoyen-Bénévole de la première heure pour Mangeons-local.bzh, et tout particulièrement pour le Pays de Cornouaille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

Sinon... jette un œil aux nouveaux producteurs !