fbpx

Du sucre, produit en Bretagne !

Du sucre, produit en Bretagne !

Produirait-on du sucre en Bretagne ?

La première fois que j’ai entendu cette nouvelle, j’ai de suite pensé à une fake news.

Tu imagines, du bon sukr, bio en plus, pour incorporer dans notre kouign amann. Le bonheur total quoi.

Ce projet, un peu fou de prime abord, de Bernard CANO, n’est en fait que le retour en force d’une tubercule qui eut ses belles heures en Bretagne. Nous voulons parler de la betterave, qui est sucrière. Pour les moins jeunes d’entre nous qui y ont vécu ou fréquenté la campagne jusqu’aux années soixante, le betterave sucrière était une base locale pour l’alimentation animale. Dans toutes les fermes d’élevage bovin, on cultivait de la betterave pour nourrir les animaux. Elle était conservée sous paille en intérieur le plus souvent, puis coupée, voire hachée, pour intégrer l’alimentation des bovins et des porcs comme fourrage.

Puis l’alimentation animale est de plus en plus devenue importatrice, elle aussi. On a importé, et on importe encore, des tourteaux de soja du Brésil ou bien d’autres produits de culture exotiques. La betterave de nos propres terres s’est perdue dans les mémoires.

Le retour de la tubercule !

… perdue, mais pas pour nous tous. Bernard CANO, à qui nous devons déjà une certaine renaissance du sarrasin, s’est donné comme mission de cultiver à nouveau la betterave sucrière. Cette fois pas pour nos animaux de ferme, mais pour nous, humains. Et quitte à produire de la betterave sucrière en Bretagne, autant en produire de la bonne, et de la biologique. Les sols de Bretagne, dans l’intérieur surtout, sont de qualité idéale pour cette culture ancestrale trop vite oubliée.

Actuellement, le sucre bio est surtout du sucre de canne importé d’Amérique du sud, avec force transports et CO2.

Sept premiers hectares ont été mis en culture, dans le Kreiz Breizh surtout, et les premiers résultats sont très prometteurs. Sachez qu’un seul hectare de belle betterave sucrière bretonne permet de récolter en moyenne une soixantaines de tonnes de betteraves. Et qu’en sukr, cela se traduira par huit à dix tonnes. Il a été créé le Consortium Breizh Sukr dont vous connaissez certains acteurs comme Triballat vers Rennes, Breizh Cola ou Biocoop; qui sont d’importants consommateurs et distributeurs de sucre bio. La demande de sucre bio augmente de 10 à 15% chaque année, et produire en circuit-court notre propre sucre bio est tout simplement captivant.

Il s’agit aussi d’une production nouvelle possible pour nombre de nos Agriculteurs, qui va participer à la diversification de leur activités. Un des problèmes majeurs actuels de l’agriculture bretonne est sa trop grande spécialisation. Des exploitations aux ressources variées sont évidemment moins fragiles en cas de crise dans une seule production.
En 2019, une première mini sucrerie devrait voir le jour vers Pontivy.

Mangeons-Local.bzh vous tiendra bien sûr informé des suites et des premières mises en rayon.

Rémy

À propos de Rémy

Citoyen-Bénévole de la première heure pour le site Mangeons Local, je m'occupe plus particulièrement de la Cornouaille... mais me passionne et m'intéresse pour mon Pays, la Bretagne dans son ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Paquerette Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Notifier de
Paquerette
Locavore
Paquerette

Bonsoir!
Belle découverte! On en apprend tous les jours ! Merci pour l’info et bravo à Monsieur Cano !

Sinon... jette un œil aux nouveaux producteurs !